Acupuncteur aux pieds nus

http://walterfischer.zeblog.com/

Calendrier

« Avril 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

walter fischer

carnet de voyage d

Blog

Derniers billets

Compteurs

Liens

Fils RSS

JACQUES A BOMBAY (2)

Par walter fischer :: 16/11/2009 à 15:12


15.11.09. Un dimanche indien, réveil par le croassement des corbeaux, cris d’enfants qui pratiquent du cricket «sauvage» sous mes fenêtres. Le téléphone sonne, Ujwala qui s’inquiète de mon programme du jour, si je veux qu’elle passe m’amener à manger. Quelques 10 jours plus tard et pas mal d’angoisses au début, je crois enfin avoir trouvé le rythme de cette ville.



Mumbai m’a mis face à des choses difficiles, je me suis senti dans une perte de repères totale, en danger, hors de tout réconfort possible, je me suis senti comme un petit enfant ayant besoin de tendresse, j’ai du me battre pour sortir de cet état, pour ne pas m’isoler, me faire violence et aller à la rencontre des rumeurs de la rue, cela m’a épuisé. 



Heureusement, le travail à la clinique est tellement génial, que cela gomme mes turpitudes existentielles. Il règne à la clinique une ambiance tellement joyeuse, chaleureuse. Pas un jour, surtout le jour des dames, sans des rires, des mots sympas, des regards complices, rieurs. Quel bonheur de pratiquer comme cela, du monde dans toutes les pièces, ça cause, ça échange. Des nouveaux patients débarquent, mis au courant de la reprise de l’activité de la clinique.



Chaque jour des mots de tendresse, des retours positifs, des corps soulagés par les traitements, moins de souffrance, me dit-on, un climat de confiance s’est établi, les patients n’ont plus peur de se lâcher, de parler, de dire, de raconter leur vie. Avant-hier, une femme est restée toute la matinée à la clinique, faisant la pitre, jouant la maman pour les autres patientes, jeu de rôle hilarant qui a fait se tordre de rire la majorité de l’assemblée du jour, j’en ai gardé le sourire toute la matinée, contaminé par cette joie de vivre enfantine, si simple, si touchante. Il y a bien sûr, le poids du quotidien de ces gens qui est là, leur vie difficile, leurs soucis, l’effort permanent pour s’en sortir.



J’essaie de donner le meilleur de moi-même, de rester humble, j’essaie de pratiquer une acupuncture la plus simple possible. Je me sens aux sources de cette médecine ancestrale, j’ai la sensation d’être dans le juste, d’être à la bonne place, que notre projet rêvé il y a quelques années autour d’une table de bistrot en Suisse est dans le juste, qu’il va dans la bonne direction, qu’effectivement, l’acupuncture est une vraie médecine sociale, transmissible, reproductible et hautement efficace. Je me projette déjà dans le futur et m’imagine revenir ici pour seulement observer la pratique des acupuncteurs formés par nos soins.
Ujwala commence à piquer, Mohamed sur mon injonction, pas très enchanté, fait le cobaye. Pas d’exercices pratiques sur les patients.


Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://walterfischer.zeblog.com/trackback.php?e_id=421987

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
Copyright © Acupuncteur aux pieds nus - Blog créé avec ZeBlog