Acupuncteur aux pieds nus

http://walterfischer.zeblog.com/

Calendrier

« Avril 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

walter fischer

carnet de voyage d

Blog

Derniers billets

Compteurs

Liens

Fils RSS

BOMBAY 26 NOVEMBRE 2008

Par walter fischer :: 30/11/2008 à 15:58


Le 26 novembre. De Shanghai, retour à Bombay ce matin. Ce soir, l'Inde une fois encore frappée par l'extrémisme politico-religieux. Beaucoup de sang, de feu et d'armes sur les écrans de notre télévision. Peu de larmes en réalité. Reportages en boucle, jour et nuit. De grands titres très éloquents "Guerre sur Bombay"... Les média savent profiter des catastrophes.

On annonce près de 200 morts et 300 blessés. On parle du double.




Je suis surpris de voir le calme dans le reste de la ville. Pas d'émeute, pas une seule explosion intercommunautaire. Du moins que je sache. Je suis surpris par la maturité de la population, ici souvent rapide à casser des vitrines. Il y a de quoi, dans cette ville des plus riches et des plus pauvres, où tout semble si étriqué, imbriqué, où tous semblent vivre les uns sur les autres dans des conditions qui devraient pousser à la révolte.
Un voisin me raconte que ces manifestations violentes (les explosions intercommunautaires) sont souvent le jeu populiste des partis politiques prêts à gagner des voix et du terrain, peu scrupuleux à exploiter toute situation et à sacrifier quelques vies au passage. La fin justifie les moyens. Tiens, pour le terrorisme aussi.



Revenons aux hôtels de luxe pris en otage, brûlés.
Symboles de richesse. D'injustice. On peut le voir sous cet angle.
Le terrorisme cherchant à écraser la vie, le plus possible de vies, ne peut pas être défendu pourtant.
Aucune cause ne peut justifier ses actes. Jamais. Point.

Point. Que peut bien pousser des jeunes hommes d'à peine 20 vingt ans à rentrer dans une gare, sortir leurs flingues et tirer à bout portant sur d'autres enfants? Que peut bien pousser des hommes à vider le crâne d'autres hommes (ou le remplir de vide) pour mieux les envoyer à la mort, la leur et celle de tant d'autres?



La société c'est nous. Chacun d'entre nous. Sans exception. Sans bouc émissaire possible. Nous la formons la société et les titres de nos journaux sont la liste de nos symptômes. Les crises de la société, ce sont nos maladies intérieures qui se manifestent. Les écrans de télévision et leurs JT, nos moniteurs médicaux.
Les deux tarés, qui ont descendu sans hésiter une soixantaine de voyageurs le 26 novembre à la gare Victoria, c'est nous.
Inutile de dire que je n'ai aucune solution pour empêcher les milles autres carnages et injustices à venir, par contre je suis convaincu qu'elle ne naîtra que d'une transformation intérieure des hommes. Nous.
Il y a encore de la route!
Il faudrait y travailler sérieusement...

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://walterfischer.zeblog.com/trackback.php?e_id=386396

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
Copyright © Acupuncteur aux pieds nus - Blog créé avec ZeBlog